Denis Dufour | Notice des œuvres

Missa pro pueris

2019 | 47'47 | opus 189 | acousmatique | support audio | 2 pistes | éditeur Opus 53

1. Kyrie - Toi qui riais [07’50] · 2. Gloria - Lève, lève-toi [06’00] · 3. Credo [14’12]  3.1 La route n’est pas longue [03’25]  3.2 Je crains que tu ne sois là [03’00]  3.3 Sur ton sein frileux de granit [03'05]  3.4 Sentiras-tu l’étreinte [01’30]  3.5 Je crois [02’42] · 4. Sanctus [09’55]  4.1 Règnes-tu sur un volcan de mépris [07’21]  4.2 Béni sois-tu [02’28] · 5. Agnus Dei [08’57]  5.1 Agneau de toi messe de roi [06’10]  5.2 Gloire à toi [02'43]

• Réalisation sur ordinateur au studio du compositeur à Paris 19e

• Prises de son : Denis Dufour

• Voix : Paul et Raphael Willenbrock

• Chant diphonique et chant de gorge : Hém-Ish

• Textes de Thomas Brando

• Éléments préexistant issus des quatre pistes de la Messe à l’usage des enfants réalisée sur magnétophones à Crest en 1986 avec l’assistance d’Olivier Fontaine et les voix de Stéphanie, Sébastien et Cédric Dufour ainsi que deux autres enfants anonymes enregistrées dans les studios de l’Ina-GRM avec l’aide de Christian Zanési

• Remerciements à Hamish Hossain pour son écoute, ses conseils et suggestions

• Création à Paris, église Saint-Merry, le 10 octobre 2019 lors des Rendez-vous contemporains de Saint-Merry par Jonathan Prager sur acousmonium Motus

Cette œuvre reprend l’ensemble des éléments de la Messe à l’usage des enfants composée par Denis Dufour en 1986. Les textes de Thomas Brando, que le compositeur avait inscrit sur une partition graphique à cinq parties, étaient lus par des enfants non musiciens, âgés de 12 à 14 ans. En même temps, suivant ses indications, ils parcouraient un espace constitué de plusieurs lieux distincts parsemés de percussions et de synthétiseurs dont ils jouaient. L’ensemble était capté par plusieurs microphones de qualités et de fonctions diverses et enregistré en cabine sur bande magnétique. L’idée était de créer une atmosphère d’insouciance, de gaieté et d’exubérance. De ce joyeux tintamarre naissait une œuvre dont le texte avait perdu en lisibilité et en compréhension. C’est pourquoi, pour cette recréation, le compositeur a de nouveau enregistré les poèmes lus par deux voix adultes, bien timbrées et plus posées, qui interviennent dans l’œuvre comme des officiants face au groupe d’enfants turbulents qui répondent en chœur.

De la messe sont conservés le découpage formel, quelques mots et assonances des textes grecs, latins ou français de l’ordinaire et le caractère rituel établi entre officiant et fidèles. De même, par leur caractère répétitif, les “boucles” qui parcourent l’œuvre ne sont pas sans évoquer la litanie, tout comme les voix ralenties ou chantées rappellent la psalmodie. Thomas Brando a moins cherché à faire référence au contenu de la messe qu’à écrire un hymne à la création et à l’amour. L’humain, destinataire de ces chants, y est glorifié, loué, tantôt proche, tantôt inaccessible, la nature l’environnant sous toutes ses formes : la mer, la terre, les nuages, les cieux et la galaxie lactée, les crocus, les fougères, les buissons de roses, la prairie et les arbres, les rats, les vipères, les oiseaux et les gazelles, le marbre, le granit et les rubis, etc. C’est en tout cela et dans l’aspiration à la liberté d’être que réside le caractère sacré de cette messe pour les enfants, dont on espère qu’ils puissent conserver toujours la légèreté, le détachement et l’absolu qui nous sont donnés à la naissance. [Jérôme Nylon]

  • Page Facebook
  • Twitter
  • Instagram
 
Website by Opus 53 • webmaster@opus53.fr