L’anecdotique dans Hétérozygote ?

Analyses croisées n°3. « Hétérozygote » et le réalisme mis en musique. Séminaire de recherche 96 / 97. INA-GRM. iBooks. ex-libris © Opus 53. Paris. Inédit. Février 1997.

1996-1997_AnalysesCroisées.png

Au sujet d’Hétérozygote de Luc Ferrari, œuvre emblématique du courant dit anecdotique, Denis Dufour évoque le potentiel créatif des compositions qui remettent une causalité assumée et porteuse de sens au sein des processus complexes de manipulations des sons en studio. « Hétérozygote ajoute une couche supplémentaire au discours abstrait habituel de la musique : la signification des sons, le sens des mots ou de fragments de discours, le pouvoir évocateur de juxtapositions particulières. En bref, le compositeur joue du sens, abstraitement, comme il joue des sons », précise t-il dans son texte. Il relève que certains s'accommodent mal de la cohabitation entre combinaisons abstraites, plus traditionnellement musicales, et écriture de sons réalistes, anecdotiques, d'avantage héritée de la radiophonie. Il démonte les habituels commentaires et analyses qui font d'Hétérozygote une œuvre de “collage”, de “radiophonie” et qui semblent ignorer les subtilités d'une écriture qui ne peuvent émaner que d'un musicien “classique” comme Ferrari. Pour Dufour, entendre l'anecdotique d'un son n'empêche pas de l'écouter comme une morphologie sonore apte à s'insérer dans une écriture parfaitement musicale.
En illustration de son propos, il donne deux lectures du sixième tableau, De l’aube à midi sur le marché, dont il détaille non sans humour une possible trame narrative. Cet écrit est suivi du compte-rendu des échanges menés entre le compositeur et plusieurs membre du GRM dont Dufour.

Lire l'article

  • Page Facebook
  • Twitter
  • Instagram
 
Website by Opus 53 • webmaster@opus53.fr