Denis Dufour | Notice des œuvres

Hentai

2011 | 10'32 | opus 158 | acousmatique | support audio | 2 pistes | éditeur Opus 53

• Réalisation sur ordinateur au studio du compositeur à Paris 19e

• Prises de son : Denis Dufour

Voix : Kasumi Handa

Texte de Thomas Brando

Traduction du poème en japonais : Shoko Takahashi

Remerciements à Fabrice Arduini, Tomonari Higaki, Hamish Hossain et Aki Nakamura

• Création à Fukuoka, Arena Hall de la fondation Acros Fukuoka, le 27 septembre 2011 lors du récital de Tomonari Higaki sur acousmonium à 34 voix de diffusion

Les rapports récents, confirmant la fusion complète des réacteurs 1, 2 et 3 de l’installation nucléaire de Fukushima Daiichi quelques heures seulement après le tremblement de terre et le tsunami dévastateurs du 11 mars, ont été déjoués par des nouvelles encore plus inquiétantes selon lesquelles le cœur même des réacteurs a totalement fondu, une situation qui constitue le pire scénario qu’on puisse attendre d’un accident nucléaire. Et le haut responsable politique Ichiro Ozawa a laissé entendre que la situation à Fukushima pourrait rendre le pays entier invivable.

La fusion du cœur d’un réacteur nucléaire implique que son combustible dépasse son point de fusion jusqu’à endommager sa cuve de confinement, provoquant des fuites et libérant des niveaux élevés de radiation dans l’environnement. Ce scénario est le pire car, par la fusion totale du combustible, des trous se forment dans le fond des cuves sous pression des réacteurs endommagés, laissant le magma ainsi formé se répandre au fond de l’enceinte de confinement extérieure au risque de se propager directement dans le sol, l’air et l’eau.

Le rapport suggérant que des fusions ont déjà eu lieu est la première reconnaissance officielle de cette situation désastreuse. Il confirme également les premiers soupçons qu’un tel scénario était en cours depuis le début, car des rapports ultérieurs ont confirmé que l’épopée catastrophique des réacteurs avait produit des trous dans les cuves de confinement du cœur de la centrale, et que de l’eau radioactive et, peut-être même, du combustible s’infiltraient dans les cuves inférieures.

L’Agence internationale de l’énergie atomique avait déjà déclaré que la catastrophe de Fukushima était au moins aussi grave que celle de Tchernobyl, mais ces nouvelles informations suggèrent désormais qu’elle est probablement encore pire. À l’heure actuelle, on ne sait pas si le combustible qui s’est accumulé dans les cuves de confinement s’est infiltré à l’extérieur, où il risque de contaminer les réserves d’eau souterraine et de causer des dommages environnementaux considérables. Dans une interview récente, Ichiro Ozawa a déclaré que les zones autour de Fukushima étaient déjà complètement inhabitables. Il a également laissé entendre que, dans l’état actuel des choses, une grande partie du reste du pays, y compris Tokyo, pourrait subir le même sort si rien n’était fait pour contenir la situation de manière adéquate et efficace. [d’après Ethan A. Huff, naturalnews.com, 9 juin 2011]

  • Page Facebook
  • Twitter
  • Instagram
 
Website by Opus 53 • webmaster@opus53.fr