Dufour_1999Paris_©SilverBerg

1997

● Lance un nouveau label discographique sous étiquette Motus. ● Tandem oblique pour flûte et piano est sa première œuvre instrumentale éditée en CD dans la collection MotusAujourd'hui. ● En juin, organise les concerts d’inauguration du Centre d’études et de recherche Pierre Schaeffer à Montreuil. ● Au GRM, produit Empreintes, série annuelle de conférences de compositeurs dans le cadre de l’Acousmathèque. ● Membre du comité d’honneur (avec Ernest Bour, Klaus Huber et Younghee Pagh-Paan) et conseiller pour l’ensemble instrumental Linea de Strasbourg dirigé par Jean-Philippe Wurtz. ● Organisateur à Perpignan d’une première Acousma-Rave  croisant musiques électroniques et acousmatiques et leurs publics, proposant en continu des œuvres acousmatiques à la musicalité planante ou métarythmique. ● Le Mystère des tornades pour ensemble et support audio, commande Radio France créée par l'ensemble Linea en mai 1999, Ebene sieben créé à Paris au cycle acousmatique (commande GRM), Lux tenebrae créé au Médiator de Perpignan en novembre lors de l’Acousma-Rave.

1998

● Daniel Teruggi, nouveau directeur du GRM, lui confie la mise en place d’une base de données pour la gestion des œuvres de l’Acousmathèque. Il crée l’Atelier, série de rencontres entre des acteurs du milieu musical et le GRM, qu'il anime jusqu'à son départ en janvier 2000. ● Édition spéciale du Festival Futura à Lyon en mars, en liaison avec Musiques en scène du Grame, pour le cinquantenaire de la musique concrète. ● Responsable de la programmation des concerts du cinquantenaire de la musique concrète du CER Pierre Schaeffer en avril à Montreuil et en octobre à l’École normale de musique de Paris. ● Son travail de compositeur fait l’objet d’un mémoire de maîtrise de Vincent Laubeuf à la Faculté de musicologie de l’université Lyon II : Denis Dufour et l’écriture morphologique, puis, l'année suivante, d'un DEA à l’université Paris 8 autour de son œuvre Collection de timbres. ● Pour le 70ème anniversaire de Pierre Henry, organise pour le Festival Futura l’événement Le Vaisseau de Pierre avec la programmation de 26 heures de musique ininterrompues dans la Tour de Crest, dont, en création mondiale, Les sept péchés capitaux et Fantaisie Messe pour le temps présent, en présence du compositeur. ● Conférence à l’Aquila en Italie sur la pédagogie de la composition, prélude à une collaboration de plusieurs années avec le monde de la création contemporaine italienne. ● Le 14 novembre, la troisième Acousma-Rave Futura au Médiator de Perpignan réunit plus de 400 personnes. ● Terra incognita, pour deux acousmoniums créé en juin à Radio France, Cinq miniatures pour Barbe Bleue pour soprano, basse et six instruments, commande de Radio France pour la série Alla breve sur France Musique créée par l'ensemble Linea.

 

● Se réinstalle à Paris. ● Responsable artistique de l’exposition d’installations sonores du festival Ida y Vuelta 2000 à La Casa musicale de Perpignan. ● En tant que directeur artistique, il y produit notamment un livre-CD consacré aux œuvres pour orchestre et formations de chambre d'Ivo Malec, unanimement salué par la critique, et récemment une série de six albums-concept en digifile consacrés à la scène acousmatique française contemporaine, parmi 21 références à ce jour. ● Membre du jury du Concours international Luigi Russolo à Varese. ● Fin novembre, il reçoit Pierre Henry pour trois concerts au Médiator de Perpignan, festival Aujourd’hui Musiques. ● Éditeur exécutif du livre Ouïr, écouter, entendre, comprendre, édité par Ina-Buchet/Chastel. ● Les Joueurs de sons, œuvre huit pistes de 72', est un parcours musical retraçant l'histoire de la musique concrète des origines à nos jours (en collaboration avec Agnès Poisson).

1999

 

● Le festival Futura se consacre en août à La Totale acousmatique et invite à Crest Michel Chion et le DJ Laurent Ho. ● Aux festivals italiens La Terra Fertile et CIM à L’Aquila (Italie) en septembre, il introduit le concept d’interprétation acousmatique et programme plusieurs concerts sur l’acousmonium Motus. ● Suite à sa rencontre avec Alexandre Yterce, il coproduit à Paris en novembre le premier festival Licences / Brûlures des langues (poésie sonore, musique expérimentale, acousmatique). ● Chanson de la plus haute tour, œuvre en quatre pistes de 72' sur un texte de Thomas Brando dit par Pierre Henry, créé au Cycle acousmatique du GRM sur deux acousmoniums par le compositeur et Jonathan Prager (commande d'État). ● Le 9 décembre, au festival Why Note de Dijon, il est interprète (microphoniste) avec l’ensemble Linea de l’œuvre de Karlheinz Stockhausen, Kurzwellen.

2000

  • Page Facebook
  • Twitter
  • Instagram
 
Website by Opus 53 • webmaster@opus53.fr